Jubilation et Lamenti à la cour de Vienne

Sous le règne de l’Empereur Ferdinand III, mécène et lui-même compositeur fort estimé, la cour de Vienne est un haut lieu de la musique sous toutes ses formes.  

Si le goût musical est dominé par les italiens, au premier rang desquels le maestro di capella Antonio Bertali, le jeune Johann Jacob Froberger jouit d’une proximité particulière avec l’Empereur. En ces temps troublés, les cérémonies de la cour sont l’occasion pour les musiciens d’utiliser toute la palette des passions baroques, de la mélancolie des lamenti à la joie extravertie des sonates de divertissement en passant par la béatitude contemplative.

Programme

Antonio Bertali (1605-1669)

Sonata a 5 1000fl

Beatus vir qui inventus est

 

Johann Heinrich Schmelzer (1620-1680)

Lamento sopra la morte Ferdinandi III

 

Antonio Bertali (1605-1669)

Omnes Sancti Angeli

Mortali vedete

(Lamento della Regina d'Inghilterra

Parole del Ser.mo Arciduca Leopoldo Guilielmo)

 

*************

Johann Heinrich Schmelzer (1620-1680)

Sonata a tre violini

 

Andreas Hofer (1629-1684)

Nisi Dominus aedificaverit domum

 

Pavel Joseph Vejvanovsky (~1640 - 1693)

Sonata Jucunda

 

Johann Jacob Froberger (1616-1667)

Alleluia Absorpta est mors

Apparuerunt apostolis

Programme vocal pour 3 chanteurs et 9 musiciens

1 soprano, 1 ténor, 1 basse

3 violons, 3 altos 1 viole de gambe 

1 clavecin, 1 orgue